Aller au contenu principal

Plus de 600 musiciens signent une lettre appelant au boycott d’Israël

Des musiciens de Rage Against the Machine, Cypress Hill, System of a Down et des centaines d’autres artistes appellent au boycott et à la solidarité avec la Palestine
La lettre indique que « le gouvernement israélien met en œuvre un projet colonial visant au nettoyage ethnique de la population palestinienne » (capture d’écran)
La lettre indique que « le gouvernement israélien met en œuvre un projet colonial visant au nettoyage ethnique de la population palestinienne » (capture d’écran)
Par

Des centaines de musiciens, dont les membres de Rage Against the Machine, ont signé une lettre ouverte appelant les artistes à boycotter les représentations en Israël tant que le pays ne mettra pas un terme à son occupation de la Palestine. 

Julian Casablancas (The Strokes), les membres de Cypress Hill, Patti Smith, Roger Waters (Pink Floyd) ou encore Serj Tankian (System of a Down) font partie des musiciens qui ont apporté leur soutien à l’appel au boycott lancé dans le cadre de la campagne #MusiciansforPalestine, qui a recueilli 600 signatures à ce jour. 

Traduction : « À tous les musiciens ! Vous voulez nous rejoindre ? Postez les images ci-dessous avec le hashtag #MusiciansforPalestine et le texte suivant : “Je rejoins #MusiciansforPalestine et j’affiche ma solidarité avec les Palestiniens pour la fin de l’apartheid et pour la liberté, la justice et l’égalité pour tous @Musicians4PS”. »

« En tant que musiciens, nous ne pouvons pas rester silencieux. Aujourd’hui, il est essentiel que nous soyons aux côtés de la Palestine. Nous appelons nos pairs à affirmer publiquement leur solidarité avec le peuple palestinien. La complicité avec les crimes de guerre israéliens se fait en silence, et aujourd’hui le silence n’est pas une option », indique la lettre.

« Aujourd’hui, nous parlons d’une seule voix et nous exigeons la justice, la dignité et le droit à l’autodétermination pour les Palestiniennes et Palestiniens, comme de tous ceux qui luttent contre la dépossession et la violence coloniale à travers la planète », poursuivent les auteurs. 

Traduction : « En 2005, @ThumbleNiz et moi-même avons réuni des artistes du monde entier sur une mixtape pour soutenir le mouvement #FreePalestine – notamment @ImmortalTech, @damofficialband et @TheNarcicyst. À l’époque, nous n’aurions pas pu imaginer un engouement aussi grand que celui pour #MusiciansForPalestine aujourd’hui ! »

Le rappeur canadien d’origine irakienne Yassin Alsalman, plus connu sous son nom de scène Narcy (The Narcicyst), a participé à l’organisation de la lettre ouverte et a appelé les autres musiciens à s’y joindre. 

Dans un message publié jeudi sur Twitter, Yassin Alsalman a indiqué qu’une liste actualisée comprenant davantage de musiciens devait être publiée cette semaine. 

« Écoutez, si nous n’utilisons notre art et notre espace pour amplifier la voix de ceux qui ont besoin d’espace, alors qu’est-ce qu’on fout là ? » a déclaré Yassin Alsalman dans l’un de ses nombreux appels à l’action. 

Traduction : « Vingt ans de travail et de solidarité. #MusiciansForPalestine est arrivé si naturellement et je remercie @spirodon qui a fait naître l’idée. »

La lettre ouverte invite les artistes à refuser « de [se] produire dans les institutions culturelles complices d’Israël, [et à soutenir] fermement le peuple palestinien et son droit à la souveraineté et à la liberté ». 

« Nous croyons que ce geste est indispensable pour pourvoir espérer vivre un jour dans un monde sans ségrégation ni apartheid », peut-on lire. 

Parmi les centaines de signataires figurent également Black Thought et Questlove de The Roots, Godspeed You! Black Emperor, Thurston Moore, Bun B, Royce da 5’9’’, Talib Kweli, Run the Jewels et Anti-Flag. 

« Résister à cette terreur coloniale »

Les boycotts culturels et universitaires sont les principes du mouvement palestinien Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), qui invite les alliés internationaux – groupes, entreprises et particuliers – à boycotter Israël dans l’espoir de faire pression sur l’État pour qu’il mette fin à son occupation. 

Alors que l’objectif principal du mouvement BDS était d’exercer une pression financière sur Israël par le biais de boycotts économiques, les activistes affirment qu’Israël utilise le divertissement, la culture et l’art à des fins de propagande pour laver et légitimer son occupation militaire, raison pour laquelle ces domaines doivent également être soumis au boycott. 

Connu depuis longtemps pour la politique révolutionnaire contenue dans sa musique, le groupe Rage Against the Machine a pris la parole contre Israël ce mois-ci, au début des bombardements sur la bande de Gaza.

« La violence et les atrocités dont nous sommes témoins à Sheikh Jarrah, dans le complexe d’al-Aqsa et à Gaza sont la continuation de décennies d’apartheid brutal et d’occupation violente de la Palestine par Israël », a écrit le groupe sur Instagram. « Nous sommes aux côtés du peuple palestinien qui résiste à cette terreur coloniale sous toutes ses formes. »

Du 10 au 21 mai, le bombardement de la bande de Gaza par Israël a fait 248 victimes du côté palestinien, dont 66 enfants, et près de 2 000 blessés.

Comment Israël utilise Bollywood pour détourner l’attention de l’occupation 
Lire

La campagne aérienne ainsi que les efforts déployés par Israël pour déloger par la force des familles palestiniennes dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est occupée ont suscité une vague de condamnations de la part de législateurs américains ou encore de dirigeants régionaux. Des manifestations pro-palestiniennes massives ont également eu lieu dans les villes du monde entier. 

Plusieurs centaines d’employés d’Amazon, de Google et d’Apple ont également appelé les géants de la technologie à soutenir les droits des Palestiniens et à couper les liens avec l’armée et les agences de renseignement d’Israël. 

La semaine dernière, un groupe de plus d’un millier d’artistes canadiens a publié une lettre ouverte appelant le Canada à imposer des sanctions militaires et économiques à Israël et à « mettre fin à sa complicité dans l’oppression des Palestiniens ». 

Interrogé par Middle East Eye, Rehab Nazzal, un activiste propalestinien de longue date qui a participé à l’organisation de l’initiative, a observé un soutien sans précédent pour la Palestine au cours des dernières semaines au Canada. 

« Je n’ai jamais vu un tel soutien auparavant », a-t-il confié, tout en ajoutant que d’autres artistes rejoignaient encore le mouvement. « Les signatures affluent de tout le pays : il y a des conservateurs, des artistes des médias et visuels, des cinéastes, des membres d’organisations artistiques et de centres d’artistes autogérés, des artistes indépendants, des musiciens, des chercheurs et des spécialistes de l’art, ainsi que d’autres travailleurs culturels. »

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.