Aller au contenu principal

La police malaisienne libère un Palestinien enlevé par des agents du Mossad

Un programmeur informatique originaire de Gaza a été victime d’une opération d’enlèvement des renseignements israéliens à Kuala Lumpur, selon des médias locaux
Selon le New Strait Times, l’homme palestinien, dont le nom n’a pas été révélé, a été embarqué de force dans une voiture à Kuala Lumpur le 28 septembre (AFP)
Par

La police malaisienne a libéré un Palestinien qui aurait été enlevé à Kuala Lumpur et interrogé par des agents du Mossad, l’agence nationale de renseignement israélienne, selon des informations relayées par le New Straits Times et Al Jazeera Arabic.

Selon le journal malaisien, ce programmeur informatique palestinien originaire de Gaza, dont le nom n’a pas été révélé, a été embarqué de force dans une voiture dans la capitale le 28 septembre par des Malaisiens formés par le Mossad.

L’homme a ensuite été emmené dans un chalet à la périphérie de Kuala Lumpur, où il a été interrogé en visio sur des sujets liés au Hamas et à sa branche armée, les brigades al-Qassam, précise le journal.

« Un appel vidéo a été préparé devant la victime. De l’autre côté se trouvaient deux hommes, vraisemblablement des Israéliens, qui ont commencé par lui dire : “Tu sais pourquoi tu es là” », indique le quotidien.

« Pendant les 24 heures suivantes, la victime a été interrogée et battue par les agents malaisiens lorsque ses réponses ne satisfaisaient pas les Israéliens. »

« Les Israéliens voulaient connaître son expérience en développement d’applications informatiques, les atouts du Hamas en matière de développement de logiciels, les membres des brigades al-Qassam qu’il connaissait et leurs atouts », a déclaré une source informée au New Straits Times.

Un second homme palestinien présent au moment de l’enlèvement a pu contacter la police, qui a effectué une descente dans le chalet et libéré le captif.

« Les agents qui ont procédé à l’enlèvement ont peut-être eu un problème de communication avec leurs supérieurs israéliens et les autres Malaisiens qui les attendaient au chalet, parce qu’ils ont fait capoter l’opération en laissant l’autre Palestinien s’enfuir […] En réalité, il aurait été le plus précieux des deux », a déclaré au journal une source informée.

Une « cellule du Mossad »

Les deux Palestiniens ont depuis quitté la Malaisie, selon les informations relayées, tandis qu’au moins deux Malaisiens ont été arrêtés.

Il y a 45 ans, le Mossad assassinait l’Algérien aux « cent visages »
Lire

Une « source malaisienne bien informée » a déclaré à Al Jazeera Arabic qu’une enquête avait permis de découvrir une « cellule du Mossad » dans le pays, impliquée dans l’espionnage d’un certain nombre de sites, dont des aéroports, et cherchant à s’infiltrer dans « des entreprises publiques d’électronique ».

Selon la source interrogée par Al Jazeera Arabic, le Mossad s’est servi de Malaisiens qu’il a formés en Europe pour mener à bien l’opération. Le média cite par ailleurs des médias malaisiens, qui indiquent que le Mossad a constitué une cellule composée d’au moins onze Malaisiens pour traquer les activistes palestiniens.

Le 21 avril 2018, Fadi Mohammad al-Batsh (35 ans), ingénieur palestinien et membre du Hamas, a été abattu devant une mosquée de Kuala Lumpur. 

Le gouvernement malaisien a déclaré que « des agents étrangers » étaient responsables du meurtre et le père de la victime a dit soupçonner le Mossad d’être à l’origine de l’assassinat de son fils. 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Middle East Eye delivers independent and unrivalled coverage and analysis of the Middle East, North Africa and beyond. To learn more about republishing this content and the associated fees, please fill out this form. More about MEE can be found here.