Aller au contenu principal

L’occupation israélienne a coûté 43 milliards d’euros à l’économie palestinienne en dix-huit ans

Un rapport des Nations unies affirme que si elles avaient été investies correctement, les pertes auraient pu créer deux millions d’emplois ​​​​​​​
Des Palestiniens font leurs courses dans un marché de Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 25 mars 2015 (Reuters)
Par

L’occupation par Israël des territoires palestiniens a coûté à l’économie palestinienne plus de 2,3 milliards d’euros par an au cours des deux dernières décennies, soit plus de deux fois le montant du déficit budgétaire palestinien estimé à 16 milliards d’euros, a annoncé lundi un rapport de l’ONU.

Le rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement a estimé à 43 milliards d’euros les pertes budgétaires totales subies par le gouvernement palestinien entre 2000 et 2017. Le chiffre est presque le triple du PIB palestinien en 2017, selon le rapport.

Le chiffre inclut 25 milliards d’euros d’intérêts courus et 6 milliards d’euros de pertes de recettes fiscales palestiniennes.

Selon le rapport, ce montant aurait suffi à éliminer plus de deux fois le déficit budgétaire du gouvernement palestinien au cours de la même période. Ses auteurs affirment également que si les 43 milliards d’euros avaient été investis judicieusement dans l’économie palestinienne, laquelle est en proie à une grave crise financière, ils auraient permis de créer deux millions d’emplois sur une période de dix-huit ans, soit 110 000 par an.

Le rapport a été présenté à l’Institut de recherche sur les politiques économiques palestiniennes (MAS) à Ramallah, en Cisjordanie occupée, où siège le gouvernement palestinien.

Misyef Jameel, chercheur principal au MAS, qui a travaillé sur le rapport, a déclaré que seul l’impact fiscal direct avait été mesuré. Le chiffre réel correspondant à l’ensemble des pertes est probablement beaucoup plus élevé, a-t-il déclaré.

Une livre palestinienne ? « Impossible » sans une indépendance totale, selon des économistes
Lire

L’économie palestinienne a connu des difficultés depuis la création de l’État d’Israël en 1948, l’occupation des territoires palestiniens et la signature des accords d’Oslo entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) au début des années 1990.

Le protocole de Paris, un accord signé entre l’OLP et Israël en 1994, a scellé la dépendance économique palestinienne, donnant à Israël le plein contrôle des frontières extérieures et la perception des taxes à l’importation et sur la valeur ajoutée.

Les experts affirment qu’Israël a utilisé ces avantages pour étrangler l’économie palestinienne, imposer le bouclage des territoires palestiniens occupés et retenir les recettes dues à l’Autorité palestinienne afin de réaliser des gains politiques.

Traduit de l’anglais (original).